Réaction du Mouvement des Cadres de PASTEF au communiqué de Abdoulaye Diouf Sarr

Date du communiqué : 31/07/2021

Le réveil des ganaches

Face à la gravité de la situation de la Covid-19 au Sénégal, marquée par une troisième vague qui a fini de mettre à nu l’amateurisme du gouvernement dans la gestion de cette pandémie, le Président Ousmane Sonko s’est adressé au peuple, le vendredi 30 juillet 2021.

Au-delà de l’appréciation positive du discours par les Sénégalaises et les Sénégalais, cette sortie a fait réagir Abdoulaye Diouf Sarr, le ci-devant ministre de la Santé et de l’action sociale, sous le couvert de la Convention des Cadres Républicains (CCR). Il serait en effet difficile de croire qu’après la sortie du Président Sonko, annoncée le même jour et tenue le même jour, la CCR a eu le temps d’être convoquée, de se réunir et de pondre un communiqué en guise de réaction. Quelle en était l’urgence d’ailleurs ?

Le 19 septembre 2019, le Mouvement National des Cadres Patriotes (MONCAP) faisait remarquer dans une conférence de presse ce qui suit : « Encore par un communiqué au contenu bête, dont certains disent d’ailleurs qu’il serait issu d’une réunion fictive de la Convergence des cadres républicains (CCR), cette horde de ganaches s’est encore illustrée de la pire des manières dans son exercice favori : la calomnie et la médisance à l’endroit du frère président Ousmane Sonko ». https://jotnanews.com/la-ccr-une-horde-de-ganaches-doublee-dune-mauvaise-foimaladive/.

C’est encore le même mode opératoire qui semble avoir été utilisé, Diouf Sarr qui se lave à grande eau et qui essaye de laver ce qui nous sert tristement de Président de la République de leur responsabilité évidente dans les dégâts de la 3ème vague en cours.

Le pire serait même que le ministre de la Santé, ait eu vraiment le temps de s’occuper de coordonner un pseudo réplique aussi évasive sans remise en cause des chiffres préoccupants sur la gestion de la Covid-19 et l’état de notre système de santé.

Depuis le début de la pandémie, les opportunistes de la CCR n’ont rien produit comme propositions de sortie de crise. Ils n’ont jamais osé dire la vérité qu’ils murmurent tous sur la gestion calamiteuse de la Covid-19 dans notre pays. Au contraire même ils se font le devoir, dans ce contexte compliqué, d’aider le Président Macky Sall à propage ce virus/variant, mettant ainsi la vie de milliers de Sénégalais en danger et semant la désolation dans tout le pays.

Mais, il a fallu que le Président Sonko parle (et parce que c’est Sonko) pour que la horde se réveille et se mette à laborieusement pondre un communiqué pour disent-ils lui apporter une réplique. De la traîtrise assumée de la part de personnes qui devraient désormais avoir la décence de ne plus aller présenter des condoléances suite à des décès causés par la Covid.

Hélas, les faits sont têtus. Le Président SONKO n’a fait que les mettre en lumière, les expliciter au peuple avec la pédagogie habituelle qu’on lui connaît et proposer des solutions audacieuses et pertinentes. Sur ce plan, la horde et son chef, Diouf Sarr, ne contestent pas les faits et ne discutent pas non plus de la pertinence des solutions préconisées par le Président Sonko. Fidèle à ses méthodes, la horde s’est contenté d’un argumentaire au ras des pâquerettes, loin des interpellations du Président Ousmane Sonko.

Comme disait l’autre, “quand Ousmane Sonko parle, le Sénégal brille et sous la lumière de ses actes et mots de tous les jours, se révèlent plus grandes encore l’incompétence et la médiocrité de Macky Sall et ses ouailles ” (le Ministre de la santé en premier et pour la circonstance).

Pour cela, il faut une crédibilité avérée. Ce qui manque terriblement à la horde, à son chef Diouf Sarr et plus particulièrement à leur chef suprême, le président Macky Sall. Il est normal qu’après avoir vadrouillé en compagnie de leur chef aux quatre coins du pays en semant le virus à la quête d’une légitimité à jamais perdue, que les antirépublicains de l’Alliance se sentent mal à l’aise quand on souligne publiquement leur irresponsabilité notoire.

Qu’ils se rassurent, ils ne réussiront jamais à imposer l’omerta sur la cruauté, l’hypocrisie et l’amateurisme dont le gouvernement a fait et continue de faire montre dans la gestion de la Covid.

Le constat immuable demeure que c’est en pleine pandémie, juste après la fin de l’état d’urgence assorti de couvre-feu, que des ministres ont organisé des meetings ; le Président de la République, lui-même, s’est payé une tournée “je m’en-foutiste” pour se rassurer d’un désaveu évident et ainsi continuer à ourdir ses complots antidémocratiques malgré les alertes des spécialistes sur la 3ème vague ; ce même Président, Macky Sall, apparu hautain et condescendant pour menacer de donner les vaccins achetés avec nos deniers aux pays voisins, s’est payé un avion à 60 milliards et un bateau de plaisance à plus de 3 milliards alors qu’il n’y a ni vaccins ni lits d’oxygénation suffisants pour les malades.

Quand il s’est agi de dégager 1.000 milliards de francs de notre maigre budget, l’instinct clanique et familial a pris le dessus sur le soupçon de transparence que la situation alarmante et finalement dramatique devait lui dicter. La suite on la connait, le rapport de gestion du fonds force covid-19 n’aura fait que confirmer les alertes du Président SONKO à sa sortie d’audience du palais. Un fonds confié à son beau-frère qui, partout où il passe, se distingue par sa gabegie. Bientôt, les Sénégalais seront informés des carences de sa gestion du ministère des Transports et des infrastructures notamment les choix opérés sur la concession du BRT (…)

Cette façon méprisante de diriger le peuple sénégalais est certainement haïssable. Mais l’appréciation froide que les Sénégalais en font en commentant les actes du Président Macky Sall n’a rien à voir avec une haine dirigée contre sa petite personne. Les Sénégalais ont fini par ne plus accorder à lui et à son gouvernement la moindre once de crédibilité mais le destin du peuple restera une préoccupation majeure pour les patriotes. Voilà le sens du discours du Président SONKO, ses alertes et ses propositions.

Il est extrêmement préoccupant que le ministre Diouf Sarr puisse considérer, avec l’état de la gestion catastrophique de la crise sanitaire en cours “que les efforts déployés par l’Etat dans le renforcement du dispositif médical à travers l’équipement et le relèvement du plateau ne sont plus à démontrer.”. Et dire que même l’oxygène manque aux malades en détresse respiratoire.

L’indignité est à son comble quand devant un échec patent, constaté par tous, Diouf Sarr et ses ouailles se tissent des lauriers pour “un travail abattu au service du pays restera ??? gravé dans les annales de l’histoire médicale du Sénégal”. Inutile d’espérer le voir démissionner. Il n’en a pas la dignité.

En attendant que le chef de la horde, Diouf Sarr, et son chef suprême le Président

Macky Sall apprécient à sa juste valeur le message et les solutions, le Président Ousmane Sonko invite les populations au port du masque et au respect des mesures barrières.

Pour Pastef, l’urgence c’est la préservation de la santé des Sénégalais.

Afin de bouter ce régime dont l’avènement a été une erreur d’aiguillage qui est en train de plonger davantage notre pays dans les abîmes du sous-développement, nous invitons les primo-vitants à s’inscrire massivement sur les listes électorales.

 

MONCAP, PASTEF-LES PATRIOTES

Dakar, le 31 juillet 2021

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on linkedin
Share on telegram

Soutenir les projets du parti Pastef